Burn Out, épuisement professionnel : définition et problématiques

Burn Out « Epuisement physique, émotionnel et mental qui résulte d’un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes sur le plan émotionnel » Ceci est la définition du Burn Out la plus synthétique que l’on connaisse. C’est la définition de la Haute Autorité de Santé. Autrement dit c’est officiel. C’est déjà quelque chose! En effet il y a beaucoup de controverses. Lorsque l’on vient de craquer ou l’on connait un proche atteint connaître les données et les controverses peut aider à comprendre ce qui se passe et ce qui est en jeu. 

Pourquoi cet article?

Dans cet article nous reprenons quelques définitions du burn-out et le point de quelques controverses. Nous exposons les points de vue officiels, entre autres ceux de la HAS organisme officiel et, partant, celui que nombres d’intervenants du système de santé suivent, les autres et le nôtre.

Syndrome

Définition du Larousse : « ensemble de plusieurs symptômes ou signes en rapport avec un état pathologique donné et permettant, par leur groupement, d’orienter le diagnostic ». Justement, il y a déjà un enjeu de diagnostic.

Diagnostic du Burn Out

« Le Maslach Burnout Inventory (MBI)Copenhagen Burnout Inventory (CBI)Oldenburg Burnout Inventory (OLBI) ou le Shirom-Melamed Burnout Measure (SMBM), permettent d’évaluer le syndrome d’épuisement professionnel, mais ils n’ont pas été construits comme des instruments d’évaluation individuelle. Ils peuvent être éventuellement utilisés comme outil pour guider un entretien avec le patient. »

Qui porte le diagnostic de Burn Out?

Le médecin traitant. Le médecin du travail avoir un diagnostic mais ne peut pas prescrire un arrêt de travail. Il doit orienter vers le médecin traitant.

Comment porter ce diagnostic de Burn Out?

Il s’agit de faire le tour d’un « faisceau d’arguments incluant une analyse systémique : des manifestations cliniques, des conditions de travail et, en complément, d’éventuels facteurs de susceptibilité individuelle. » « Le déni du travailleur peut entraîner un retard de prise en charge. » Jusqu’à « travail » tout le monde est à peu près d’accord. Par ailleurs le déni est en effet un sujet majeur : la personne lutte pour ne pas voir! Souvent l’entourage, amis, famille, collègues, s’aperçoit desdites « manifestations cliniques » et des « conditions de travail » nocives mais se désespère de pouvoir protéger et agir.

Controverses sur le Burn Out! 

« Eventuels facteurs de susceptibilité individuelle ». Premier point de controverse largement évoqué : nous sommes tous fragiles, c’est intrinsèque au vivant! Deuxième point : pour beaucoup ce sujet du facteur individuel est suspect car il est souvent instrumentalisé pour ignorer les facteurs liés aux conditions de travail. 

Le point de vue de 600 phenix :

A chacun ses responsabilités. Celles-ci ne sont pas de même niveau et ordre. L’entreprise doit examiner les conditions de travail pour éviter que le phénomène se produise. Elle a une obligation légale de moyens et de résultat, du moins d’avoir tout mis en oeuvre de façon efficiente. D’un autre côté la personne est dans un état où elle culpabilise. S’offre à elle le choix de continuer à culpabiliser ou se reconstruire. Sa responsabilité à notre sens est de prendre le temps d’une reconstruction solide et durable. Dans cette optique il s’agira de mettre en place les frontières, les digues pour ne pas rechuter. Ce qui est probable par ailleurs est que des blessures antérieures non guéries viennent titiller la psyché, il sera important de les traiter. C’est peut-être là où la phrase de Niezsche trouve une place « Ce qui ne tue pas renforce ». 

Burn Out : maladie professionnelle

La Controverse!  commence dès le premier mot! Une maladie? Le burn-out n’est pas recensé comme « maladie » par les « bibles » CIM, classification internationale des maladies, publiée par l’OMS, Organisation Mondiale de la Santé, d’une part et le DSM, Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, publié par l’Association américaine de psychiatrie, d’autre part. En outre nombreux sont ceux qui disent que le burn out est un ensemble de symptômes, une manifestation d’une cause extérieure, venue des conditions ou de l’environnement de travail mais n’est pas une maladie.

Burn-Out, une pathologie?

Pathologie est l’ensemble des manifestations d’une maladie, donc retour à la case maladie. C’est aussi la science qui étudie les maladies, affections ou troubles. On peut dire qu’il y a souffrance et état pathologique.

Burn Out, un trauma?

C’est un événement ou des évènements qui provoquent effroi, sidération, suivi de sentiments extrêmes (solitude, abandon, horreur, angoisse, colère, impuissance, sentiment de culpabilité…). Le vécu de l’instant traumatique va revenir sans cesse dans les pensées, rêves, cauchemars, comme si la menace était toujours là. Tout ceci est inhérent aux troubles post-traumatiques. La personne va vivre un état de souffrance chronique comme dans l’état de stress post-traumatique d’une durée variable selon l’intensité et la durée d’exposition aux événements. Le point de vue de 600 phenix : nous partageons cette qualification, même si nous n’avons pas trouvé de texte officiel, car ce que nous rencontrons ressemble furieusement à ces caractéristiques.

Professionnelle

Vous avez dit maladie professionnelle? A quoi cela servirait-il? Une meilleure prise en charge ainsi que l’implication financière de l’employeur. Mais ceci est un autre débat.Aucun pays ne reconnait directement une maladie psychique comme maladie professionnelle. Seul, à notre connaissance le Danemark reconnait le stress post traumatique en tant que maladie psychique professionnelle et, du coup le burn out si l’on peut établir un lien, comme maladie professionnelle. Le Bureau International du Travail reconnaît comme professionnels des « troubles mentaux ou du comportement […] lorsqu’un lien direct a été scientifiquement établi ou déterminé par des méthodes conformes aux conditions et à la pratique nationales entre l’exposition à des facteurs de risque résultant d’activités professionnelles et le ou les trouble[s] mentaux ou du comportement dont le travailleur est atteint ».

Que dit la France?

En France aucune « pathologie » psychique n’est inscrite au tableau des maladies professionnelles. Quel serait l’intérêt? « Si un salarié, habituellement exposé est victime d’une maladie qui remplit tous les critères exigés par ce tableau, celle-ci est présumée d’origine professionnelle. Le salarié n’a donc pas à prouver qu’il existe un lien entre cette maladie et son travail. » (source INRS, Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles, association paritaire). Néanmoins aujourd’hui une personne peut faire reconnaître son burn out comme maladie professionnelle s’il est établi que la pathologie est essentiellement et directement causée par le travail et qu’elle a entraîné une incapacité permanente partielle (IPP) égale ou supérieure à 25%.

Comment prouver la maladie professionnelle?

C’est à la personne d’apporter la preuve. Or le Conseil de l’Ordre des Médecins est extrêmement sévère envers les médecins qui établiraient des certificats allant au-delà de la simple description des symptômes. Autrement dit c’est difficile! Il faut constituer un dossier et le présenter à la CRRMP (Caisse Régionale de Reconnaissance des Maladies Professionnelles), dossier qui passe mieux lorsqu’on le présente comme un accident du travail ce qui veut dire « soudain ». Ce caractère « soudain » doit l’être aussi pour la lésion, celle-ci pouvant être psychique.

Le Burn Out, est-ce une dépression?

Non. Pour le coup c’est assez admis. Le tableau des symptômes est similaire mais les origines sont différentes et résident principalement sur la cause externe du burn out, l’environnement, les conditions et à notre sens le rapport au travail à la fois culturel et individuel. Et là nous nous verrions bien ouvrir une controverse…(à suivre). En revanche une victime de burn out peut tomber dans la dépression. On entend d’ailleurs parfois le terme « dépression réactionnaire ».

Burn Out, trouble de l’adaptation? 

Alors là c’est un bon sujet. Il permet d’éclairer les mécanismes qui conduisent au burn out. Nous reviendrons dessus prochainement.